DEFINITION

 

L'ostéopathie est une thérapie basée sur la qualité du mouvement dans le corps humain et dont le traitement est exclusivement manuel. Le praticien considérant le patient dans sa globalité et en accord avec son environnement. 

Cette méthode de soins s'emploie à déterminer et à traiter les restrictions de mobilité qui peuvent affecter l'ensemble des structures du corps.
Toute perte de mobilité des articulations, des muscles, des organes ou viscères peut provoquer un déséquilibre de l'état de santé. L'ostéopathie est fondée sur la capacité du corps à s'auto-équilibrer et sur une connaissance approfondie de l'anatomie, de la physiologie et des pathologies du corps humain. Le but du traitement étant de donner au corps les moyens de retrouver une bonne homéostasie. L'homéostasie étant la capacité naturelle du corps à se régénérer et s'auto-réguler, le patient possède en lui tous les éléments nécessaire à la disparition des symptômes. Le travail de l'ostéopathe sera de lui donner un élan de guérison. 

 

L'ostéopathie, dans une approche systémique, après diagnostic ostéopathique,  effectue des mobilisations et des manipulations pour la prise en charge des dysfonctions ostéopathiques du corps humain.

Ces manipulations et mobilisations ont pour but de prévenir ou de remédier aux dysfonctions en vue de maintenir ou d'améliorer l'état de santé des personnes, à l'exclusion des pathologies organiques qui nécessitent une intervention thérapeutique, médicale, chirurgicale, médicamenteuse ou par agent physique

Le diagnostic ostéopathique comprend un diagnostic d'opportunité et un diagnostic fonctionnel :

- le diagnostic d'opportunité est une démarche de l'ostéopathe qui consiste à identifier les symptômes et signes d'alertes justifiant un avis médical préalable à une prise en charge ostéopathique

- le diagnostic fonctionnel est une démarche de l'ostéopathe qui consiste à identifier, hiérarchiser les dysfonctions ostéopathiques ainsi que leurs interactions afin de décider du traitement ostéopathique le mieux adapté à l'amélioration de l'état de santé de la personne.

LES DECRETS

Décret n° 2007-437 du 25 mars 2007 relatif à la formation des ostéopathes

et à l’agrément des établissements de formation

NOR : SANP0721335D

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre de la santé et des solidarités,

Vu le code de la santé publique, et notamment sa quatrième partie ;
Vu le code de l’éducation ;
Vu la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec l’administration ;
Vu la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 modifiée relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, notamment ses articles 75 et 127 ;
Vu le décret n° 2001-492 du 6 juin 2001 pris pour l’application du chapitre II du titre II de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 et relatif à l’accusé de réception des demandes présentées aux autorités administratives ;
Vu le décret n° 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d’exercice de l’ostéopathie ;
Vu l’avis de la Haute Autorité de santé en date du 18 janvier 2007 ;

Après avis du Conseil d’Etat (section sociale),

DÉCRÈTE :

CHAPITRE IER

Formation spécifique à l’ostéopathie

Article 1


La formation spécifique à l’ostéopathie vise à l’acquisition des connaissances nécessaires à la prise en charge des troubles fonctionnels décrits à l’article 1er du décret n° 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d’exercice de l’ostéopathie. Cette formation comporte des enseignements théoriques et pratiques. Il ne doit pas comporter d’enseignements relatifs à la pratique des actes non autorisés en vertu de l’article 3 du même décret.

Article 2


Le diplôme d’ostéopathe est délivré aux personnes ayant suivi une formation d’au moins 2 660 heures ou trois années comportant 1 435 heures d’enseignements théoriques des sciences fondamentales et de biologie et 1 225 heures d’enseignements théoriques et pratiques de l’ostéopathie.

Cette formation se décompose en unités de formation dans les domaines suivants :
1° Physio-pathologie et pharmacologie ;
2° Appareil locomoteur, fonctions normales et pathologiques ;
3° Système nerveux central et périphérique, fonctions normales et pathologiques ;
4° Appareil ostéo-articulaire, fonctions normales et pathologie rhumatismale ;
5° Appareils cardio-vasculaire et respiratoire, fonctions normales et pathologiques ;
6° Psycho-sociologie et aspects réglementaires.
La quatrième partie du code de la santé publique peuvent prétendre sont fixées par arrêté du ministre chargé de la santé.

UN PEU D'HISTOIRE

L’ostéopathie fut créée à la fin du XIXe siècle par le médecin Andrew Taylor Still (1828-1917).

Né d’un père médecin et agriculteur, prêtre de l’église méthodiste, il acquit sa propre ferme et exerça la médecine tel que son père le faisait et lui avait enseigné.

Pendant la guerre de Sécession, il pratiqua la médecine et la chirurgie, il disséqua de nombreux cadavres, acquérant ainsi une connaissance particulièrement poussée de l’anatomie.

Homme de caractère, intéressé par la condition de l’homme, il fut partisan de l’abolition de l’esclavagisme et prôna le droit des femmes.

 

En 1864, quatre membres de sa famille mourraient suite à une méningite. L’impuissance des médecins et des prêtres, et lui-même subissant de violents maux de tête, provoquèrent chez lui une profonde interrogation sur le fonctionnement du corps humain .

 

C’est en 1874 que Still établit les principes de l’ostéopathie basée sur sa parfaite connaissance de l’anatomie et la physiologie du corps humain. Il s’installa à Kirksville dans le Missouri, abandonna la médecine allopathique pour se consacrer à sa démarche ostéopathique de « chercher la cause, retirer l’obstruction et laisser le remède de la nature, le sang artériel être le docteur. »

 

En 1892, face aux succès médicaux, Still fonda la première école d’ostéopathie à Kirksville, l’American School of Osteopathy où on dispensa un diplôme de doctorat de médecine ostéopathique à partir de 1897. Kirskville est et restera le "Berceau de l'Ostéopathie".

 

L’ostéopathie continue de se développer aux USA et au début du XXème siècle, sa pratique est autorisée dans tous les Etats. A partir de 1973, tous les ostéopathes américains seront médecins. Ils auront des études et des prérogatives identiques. Il y a environ 40 000 ostéopathes aux USA actuellement.

L’ostéopathie fait son apparition en Europe par l’intermédiaire d’un des tous premiers élèves de Still, John-Martin Littlejohn. C’est lui qui crée la première école européenne à Londres en 1917 : la British School of Osteopathy. En 1990, le Royaume-Uni légalise l’ostéopathie.

 

La médecine ostéopathique apparaît en France dans les années 1960 grâce à des praticiens formés au Royaume-Unis ou aux USA. Ces derniers en formèrent d’autres puis ouvrirent des écoles. L’ampleur de ce véritable phénomène social, amena le législateur à agir. 1962 voit la création du monopole d’exercice pour les seuls médecins, ce n’est que le 4 mars  2002 que la France légalise l’exercice de l’ostéopathie. Les décrets d’applications seront publiés en mars 2007, suivis du processus de reconnaissance, des praticiens en exercice avant la publication de la loi.

Le 18 mars 2015 parait au Journal officiel l'arrêté portant nomination des membres de la Commission consultative nationale d'agrément des établissements de formation en ostéopathie. Celle-ci commencera à siéger le 3 avril 2015. Début juillet, une première liste des établissements agréés sera publiée au Journal Officiel, cette liste non exhaustive comprendra 23 établissements

Suite aux recours de certains établissements, au 29 septembre 2015, on comptait 26 établissements agréés:

  • 23 étaient agréés pour 5 ans 

  • 3 à titre provisoire pour la rentrée 2015. 

Mi avril 2015, on estimait à 22 318 les personnes autorisées à user du titre d'ostéopathe.